Expositions permanentes (fermées pour réaménagement jusqu’à la fin 2016)

Des travaux de transformation dans les expositions permanentes ont commencé en 2015. Les salles complètement renouvelées rouvriront fin 2016.

Dans la première salle “Qui suis-je?” le visiteur se voit en face des autres, se compare aux autres:

  • Un chaînon essentiel de l’équilibre naturel!
  • Un homme parmi cinq milliards!
  • Tous parents, tous différents!
  • Un amas de cellules!

Une série de bornes disposées autour d’un cylindre, kiosque d’information s’étendant sur deux étages, fait évoluer le visiteur par son questionnement, par l’apprentissage de lui-même.

Avec une certaine connaissance de lui-même le visiteur peut maintenant découvrir dans la prochaine salle les paysages qui l’entourent. Le milieu naturel de nos forêts, de nos prés et nos champs et de l’espace urbanisé sont présentés par leurs éléments constitutifs et visualisés par des projections grand écran. Trois grandes vitrines thématiques sur les biotopes de la futaie, des haies et des murs retiennent un peu plus l’attention du visiteur, le concerne davantage.

Après la concernation, c’est la compréhension de l’interaction entre différents facteurs d’un milieu naturel (météorologie, sol, roches, faune et flore, …). Ici le visiteur devient acteur, un chercheur qui découvre les milieux et les facteurs par l’observation de vivariums, par l’étude d’échantillons sous loupe binoculaire, par ses déterminations, …

La salle suivante présente au visiteur quatre régions naturelles du Grand-Duché avec leur sous-sol, leur faune et leur flore. A l’aide d’un inventaire informatique “borne régionale” il peut approfondir ses connaissances sur les éléments naturels de sa région, de sa commune voire de son village.

Au premier étage la visite recommence avec une remise en question de l’homme.”Qui suis-je?”

  • L’homme, un animal parmi d’autres!
  • Le seul être culturel!
  • Le dernier de ma lignée!

Les éléments muséologiques et audiovisuels suggèrent au visiteur que son passage sur notre planète peut être plus ou moins long selon son attitude envers son environnement.

Puis le visiteur plonge dans son passé, retourne dans la préhistoire, à l’origine des premiers humains, aux premiers mammifères, aux dinosaures, aux premiers vertébrés et aboutit aux premières cellules. Les fossiles et les reconstitutions lui montrent le chemin de l’évolution du monde vivant. Trois vitrines thématiques sur l’adaptation des membres, l’évolution des ammonites et les fossiles vivants focalisent l’attention du visiteur sur quelques mécanismes de l’évolution.

Des premières traces de vie, le visiteur passe à la Terre, une planète en mouvement. Les continents dérivent, les plaques tectoniques apparaissent et disparaissent, la croûte craque et les volcans soufflent. Ce sont ces phénomènes qui au cours de quelques milliards d’années ont changé le monde, ont provoqué des extinctions en masse, mais ont aussi contribué à la naisssance de la vie, à l’origine de l’homme.

Le dernier arrêt nous fait remonter encore plus loin dans le temps et l’espace. Le visiteur quitte la terre, étudie l’influence de la lune et du soleil sur notre planète, se voit placé au sein du système solaire et constate notre petitesse dans l’univers. Une séquence filmée assure au visiteur le voyage de retour qui le ramène de la naissance de l’univers au monde vivant.