Le félin du mois : Le chat sauvage d’Europe

Le chat sauvage, qui comporte plusieurs sous-espèces, occupe une très vaste aire de distribution qui va de l’Europe occidentale jusqu’en Asie centrale et la Chine à l’est, et jusqu’en Afrique australe au sud. Les différentes sous-espèces se distinguent par la couleur de leur pelage, adaptée à leur habitat.

L’Europe, et donc aussi le Luxembourg, connaît la sous-espèce du chat sauvage d’Europe, l’Afrique du Nord et le Proche-Orient ont la sous-espèce du chat sauvage d’Afrique ou chat ganté. Les analyses génétiques ont montré que le chat domestique descend de ce chat sauvage d’Afrique ; aidé par les hommes, le chat domestique s’est répandu sur la terre entière.

Jadis, avant d’être refoulé par l’homme, le chat sauvage d’Europe (Felis silvestris silvestris) parcourait toutes les forêts du continentà l’exception du Nord de la Scandinavie. Impitoyablement chassé, il n’a pourtant jamais été totalement évincé de nos territoires. Au cours des dernières décennies, l’espèce a pu retrouver un niveau important et compte désormais parmi les plus magnifiques représentants de notre faune.

wildkatzeDans nos régions, le chat sauvage vit surtout en forêt, avec une préférence pour les lisières, ainsi que dans les peuplements boisés et dans les champs sans trop d’activités d’exploitation. Il y trouve des abris pour se reposer de jour et un territoire de chasse nocturne.

Bien que l’on puisse observer des chats sauvages à toute heure du jour, leur période d’activité commence en principe le soir, au crépuscule. Le chat sauvage aime chasser dans les prés en bordure de forêt ou dans les clairières en plein bois. Il évite les espaces étendus offrant peu de couvert, comme les peuplements anciens et denses ou les prairies d’exploitation intensive fraîchement fauchées.

Les chats sauvages chassent durant une bonne partie de la nuit. À l’aube, ils retrouvent un lieu de repos diurne où ils passent la journée à dormir.

Comme tous les félins, les chats sauvages sont des carnassiers prédateurs, parfaitement adaptés à leur vie de chasseurs. Les yeux sont leurs principaux organes sensoriels, suivi de l’une excellente ouïe. Les chats sauvages chassent en parcourant des zones appropriées de leur territoire ou en se mettant à l’affût pour surprendre leurs proies, qu’ils assaillent d’un bond, rapide comme l’éclair, et tuent d’un coup de dents porté à la nuque. Les chats sauvages se spécialisent dans la prédation de petits rongeurs, essentiellement des campagnols des champs (Microtus arvalis).

À l’occasion, ils capturent aussi des oiseaux, des lapins et des lièvres. Dans d’autres régions, les chats sauvages pourront se spécialiser dans un menu composé essentiellement de reptiles ou même de poissons.

Objet du mois |