Exposition de photographies d’Edouard Luja au Congo et au Brésil (14.5. – 26.6.2016)

Parallèlement et en complément de la grande exposition temporaire « Orchidées, cacao et colibris – Naturalistes et chasseurs de plantes luxembourgeois en Amérique latine » au ‘natur musée’, le Musée national d’histoire naturelle organisera du 14 mai au 26 juin 2016 en coopération avec le Centre culturel de rencontre Abbaye Neumünster et la Société des naturalistes luxembourgeois l’exposition « Photographies d’Edouard Luja (1875-1953) au Congo et au Brésil ». L’exposition aura lieu au cloître du CCRN.

Edouard Luja au pied d'un caféierAvec un goût prononcé pour la biologie, l’exploration et les voyages le Luxembourgeois Edouard-Pierre Luja absolvait des études d’horticulture en Belgique, en France et en Angleterre. Il voyage ensuite en Afrique avec plusieurs séjours au Congo belge et au Mozambique, puis au Brésil. Lors de ses passages il découvre, décrit et collectionne quelque 80 nouvelles plantes et 120 espèces animales inconnues, parmi lesquelles des poissons, fourmis, papillons et autres insectes.

Au Luxembourg, Edouard Luja était membre de la Société de botanique et de l’Institut grand-ducal. Il était président d’honneur de la Société des naturalistes luxembourgeois. Il fit don d’une grande collection au Musée d’Histoire naturelle.

Vers 1850, un autre Luxembourgeois, l’ingénieur et géologue Frantz Majerus, avait réalisé trentaine de dessins et d’aquarelles lors de son séjour en Amérique centrale. Avec grand talent il avait illustré les paysages et les villages qui l’ont marqué. Quelque cinquante années plus tard, Edouard Luja disposait d’un nouvel outil, le Kodak, dont les images reproduisaient avec plus de précision la nature, le travail dans les colonies et la vie au Congo et au Brésil.

A l’époque, la technique de la photographie avait déjà fait de grands progrès, mais chaque prise de vue nécessitait toujours des préparatifs et du matériel encombrant et lourd. Et c’est peut-être grâce aux personnages bien mis en scène et aux paysages soigneusement sélectionnés que les photos regorgent de pleins de détails insoupçonnés qui nous font revivre aujourd’hui le séjour des explorateurs et le monde qui les entourait.

catalogue lujaA l’occasion de l’exposition le Musée national d’histoire naturelle a édité une plaquette de 44 pages qui reprend toutes les photos de l’exposition accompagnées de commentaires et de textes rédigés par le commissaire de l’exposition, l’historien Claude Wey. La brochure est disponible gratuitement à l’accueil de Neimënster, lieu d’exposition, et au ‘natur musée’.

Archives |