Le sonneur à ventre jaune est l’amphibien de l’année 2014

gelbbauchunke-benny-trappLe Sonneur à ventre jaune était autrefois plus commun qu’aujourd’hui. Il est aujourd’hui le batracien le plus rare au Luxembourg. Il est “menacé d’extinction”. Dans de larges parties de son aire de répartition on observe un déclin dramatique des populations. La raison principale en est la destruction de leur habitat. Aussi, les futaies sont moins ensoleillés (et donc moins appropriés comme biotope de crapaud) comme les forêts moyennes plus fréquentes en France. D’autres raisonsévoquées sont leurs grande sensibilité aux biocides, les pluies acides et le changement climatique.

C’est pour cette raison que le Musée national d’histoire naturelle participe à l’action Amphibien de l’année en partenariat avec la Deutsche Gesellschaft für Herpetologie und Terrarienkunde (DGHT), ÖGH (Autriche, karch (Suisse) et le NABU (Allemagne).

Description

  • Nom scientifique: Bombina variegata
  • Anoure de petite taille avec un corps ramassé et un museau très arrondie
    Taille: le plus souvent un peu au-dessus de 40 mm, rarement plus que 55 mm
  • La face supérieur est terreuse. La peau dorsale est épaisse, finement verruqueuse et hérissée de pointes noires cornées. La face inférieure du corps est bigarrée de jaune-orangée sur le ventre.
  • En cas de menace, l’animal adopte une posture caractéristique de lordose lombaire: il se cambre fortement, relève ses quatre membres et sa tête en mettant ses mains sur ses yeux, faisant ainsi apparaître sa coloration très vive.
  • Le mâle émet un chant mélodieux audible uniquement à faible distance composé de sons isolés et réguliers regroupés dans des séries de plusieurs minutes: „hue…hue…hue“; le mâle et la femelle émettent des cris “libérateurs” et gloussants.
  • Le Sonneur à ventre jaune se nourrit principalement sur terre. 80 % de ses proies sont des insectes. Les têtards se nourrissent de détritus sur le fond de l’eau.
  • Le Sonneur à ventre jaune a peu d’ennemis naturels à cause de son poison cutané: Raton laveur, Héron cendré, Couleuvre à collier, grenouilles vertes; les larves sont dévorées par des poissons, des tritons et des insectes aquatiques, le frai d’amphibiens (dont le propre frai) et de tritons.

Une dernière population à faible effectif existait jusque dans la moitié des années 80 dans un fossé le long de la route nationale 13 entre Bous et Dalheim. Pour la période de 1965 à 1985 très peu d’observations ont été faites.

Gelbbauchunke_axel-kwetDepuis 1985 le Sonneur a été signalé plus ou moins régulièrement dans les environs de Dudelange. Sur le territoire de la réserve naturelle “Haardt” une petite population s’est établie et se reproduit avec succès. Grâce à des photos de la face inférieure qui est coloriée différemment chez chaque animalu, au moins 30 individus ont pu être identifiés. Une deuxième population a été signalée en 2013 à l’est du pays, dans les environs de Beidweiler .

Une mesure de sauvegarde simple dans le cas du Sonneur à ventre jaune consiste en la mise en place de frayères. Il suffit déjà que machines lourdes passent dans des emplacement appropriés et que leurs traces se remplissent d’eau. Dans les environs de Dudelange le Service de la Nature de l’Administration de la nature et des forêts ont mis en place de nouvelles frayères.

Pour de plus amples informations veuillez vous adresser à Edmée Engel (conservatrice au département de la Zoologie des vertébrés au Musée national d’histoire naturelle, tél.: 462233-414, ).

Matériel à télécharger

News |