Dans le miroir de la nature (30.11.12- 20.01.13)

L’Institut Pierre Werner et le Musée national d’histoire naturelle présentent une centaine d’oeuvres graphiques du peintre et écrivain Anita Albus. Ses travaux s’inscrivent dans la tradition des maîtres naturalistes des XVIIIe et XIXe siècles comme Pierre-Joseph Redouté, Jean-Jacques Audubon ou Alfred Edmund Brehm.

Anita Albus saisit l’objet botanique ou zoologique comme elle saisit le temps. Elle les immobilise dans une érudite et minutieuse analyse entomologique ou littéraire.
Peintre et écrivaine du temps suspendu, elle témoigne de ses affinités avec Marcel Proust dans son dernier ouvrage paru, Im Licht der Finsternis (S. Fischer 2011). Elle a consacré à la Recherche du temps perdu une étude à la fois analytique et sensible, dont elle lira, en allemand, des extraits, au cours du vernissage de son exposition au Musée national d’histoire naturelle.

Biographie

Anita Albus, née en 1942 à Munich, a fait des études d’art graphique à la Folkwang Hochschule de Essen et a commencé ses activités artistiques par la rédaction de livres pour enfants. Elle s’est fait connaître par des peintures, aquarelles et dessins, représentations minutieuses, à la manière des vieux maîtres, de végétaux, animaux et papillons. Elle s’est fait connaître e.a. par ses illustrations pour le roman de Christoph Ransmayr Die letzte Welt (Le dernier des mondes). Sa collection d’essais Die Kunst der Künste (L’art des arts) a été publiée par les Editions Eichborn en 1997. Depuis 2004, Anita Albus est membre de la Deutsche Akademie für Sprache und Dichtung, elle vit à Munich et au Château de Chatoillenot (Bourgogne).

Destins croisés

Vivant à Munich et en Bourgogne, Anita Albus a pris en partage les cultures germanique et française. Elle appartient à cette grande et famille protéiforme des intellectuels qui se nourrissent des deux cultures. Soucieux de valoriser ces rencontres fructueuses, l’Institut Pierre Werner leur consacre un cycle de ses manifestations, Destins croisés.

L’art et la science de la nature chez Anita Albus

L’œuvre artistique d’Anita Albus est « une sorte de synthèse, devenue rare depuis le XIXe siècle, de l’histoire de la nature aussi bien d’un point de vue scientifique qu’artistique et narratif, parfaitement comparable au Voyage en Laponie de Carl von Linné, aux Oiseaux d’Amérique de Jean-Jacques Audubon et à La Vie animale (Brehms Tierleben) de Alfred Edmund Brehm » (Ulrich Baron).

Les livres et les textes d’Anita Albus sont un alliage merveilleux de connaissances scientifiques, soit anciennes soit récentes ainsi que de narrations mythiques et littéraires. L’avantage de cette démarche est que « Anita Albus n’enterre pas cet énorme réservoir de connaissances mais arrive à l’intégrer dans l’histoire des sciences naturelles » (Cord Riechelmann). Chaque nouvelle parution signée Anita Albus prouve qu’on « arrive à magistralement faire fusionner précision scientifique, connaissance sensuelle, histoire naturelle, histoire de la civilisation et peinture » (Katharina Narbutovic).

Echter als die Wirklichkeit
Zeitungsartikel vom 28.03.2012 in der Frankfurter Allgemeinen Zeitung zur Ausstellung

Archives |