Exposition “Strates et couleurs” (jusqu’au 4/3/2012)

De sa fascination pour les stratifications rocheuses à travers le monde aux compositions de ses tableaux, c’est à un voyage tout en vibrations dans l’épicentre des couleurs et de la lumière qu’invite l’artiste peintre Carine Leroi.

Les carrières d’ocre de Roussillon, le Grand Canyon, l’Antelope Canyon, le Bryce Canyon, la Monument Valley aux Etats-Unis, Petra et Wadi Rum en Jordanie, le Blyde Canyon en Afrique du Sud, le voyage à venir vers les Tsingy de Madagascar, le rêve du Mont Uluru en Australie et de la pointe de la Cordillère des Andes en Argentine que l’on nomme ‘montagnes colorées’ … autant de sites magiques, de visions qui ont aiguisé le regard et les sens de Carine Leroi,  nourri sa passion  pour les roches et leur érosion, leurs formes et leurs couleurs.

Dans un premier temps, la visite des canyons américains avait marqué le travail de l’artiste au travers de compositions basées essentiellement sur la courbe (« Compositions Antelope Canyon »). Les recherches picturales de Carine Leroi ont ensuite évolué vers des compositions linéaires  « Les Strates » et des explorations chromatiques affinées qu’elle présente maintenant dans les salles d’entrée du Musée national d’histoire naturelle jusqu’au 4 mars 2012.

Couleur et lumière ! 

Les tableaux de Carine Leroi témoignent de l’attraction que les couleurs exercent sur sa perception de l’art et au-delà, sa vision d’un monde coloré, d’un monde lumineux. Maître mot dans son travail pictural, la couleur est pour l’artiste un champ infini de recherches et d’émotions, d’observations minutieuses synthétisant son insatiable curiosité : de la palette chromatique et des techniques de peintures anciennes, tout comme son attirance pour les phénomènes de chimie ou de physique. Ainsi que l’évoque le tableau ‘Fente de Young’, du nom de cette expérience réalisée pour la première fois en 1801 par Thomas Young et qui a permis de mettre en évidence la nature ondulatoire de la lumière, l’autre sujet de prédilection de Carine Leroi.

Née dans le secret de son atelier gorgé de coloris en pots et de fioles mystérieuses, la couleur est le plus souvent obtenue par des pigments purs broyés dans de l’huile. Minutieuses explorations des teintes et nuances que viennent encore enrichir  les techniques traditionnelles, apprises aussi passionnément que patiemment lors de stages multiples : la tempera, l’émulsion à la cire, les gommes et les résines, la colle de peau de lapin, la dorure à la feuille d’or. De l’or que Carine Leroi utilise non pas telle une parure mais pour la puissance et la pureté de sa couleur, sa luminosité précieuse car extrême.

Si les ‘Strates terres’ peintes en automne disent l’influence d’une saison à travers les tonalités ou bien encore l’incarnation de reliefs par le biais de collages de ‘strates’ de toiles diverses, très vite, Carine Leroi y fait écho avec ‘States jaune de Naples’, une œuvre solaire, libérant énergie et optimisme,  emblématique de sa constante recherche de la lumière.

Car si l’artiste privilégie l’expression par la couleur, celle-ci est toute entière dévolue à l’exaltation de la lumière. Contrastes et graduations, limites et passages, matité et brillance, opacités et transparences, font ainsi naître la lumière de la couleur. A moins que cela ne soit l’inverse. Des bleus, des verts, des rouges, libérés des conventions et de toutes les contraintes, notamment figuratives,  émane un vrai rythme, une musicalité dont la force ne devient cependant jamais violence. Les strates de Carine Leroi sont plénitude et harmonie.  L’indéniable éclat ne fuit pas la subtilité. Ni la poésie que revendique – dans l’univers d’abstraction pourtant plébiscité par l’artiste – le tableau ‘La rose’, inspiré du poème de Pierre de Ronsard. De la « robe pourprée » est née la séduction du pourpre dont Carine Leroi a tenté de pénétrer les mystères et de sonder les profondeurs. Récemment, le noir est entré dans son travail. Le noir, certes, mais dans son infinie palette, sa capacité à s’affranchir de l’uniformité et à  s’associer à la couleur pour atteindre la lumière.

Formée à l’Académie Royale des Beaux-Arts de Liège et dans différents ateliers de peintre, ses sujets de prédilection sont la roche et son érosion, sources d’inspiration de ses paysages abstraits.

Carine Leroi réalise ses couleurs à partir de pigments, broyés le plus souvent avec de l’huile mais aussi d’autres liants tels que la tempera, l’émulsion à la cire, les gommes et résines, la colle de peau, inscrivant ainsi son œuvre dans une réelle démarche de pérennité. Atteindre une grande luminosité dans ses peintures, partager son amour des couleurs font partie des objectifs de l’artiste.

Information: www.carineleroi.com

Expositions |