Blaschka (13.05.10-15.08.10)

Le trésor oublié des artistes scientifiques Léopold et Rudolf Blaschka – une exposition de photographies de Heidi et Hans-Jürgen Koch

En biologie des modèles en trois dimensions sont indispensables à la représentation et à la médiation de résultats de recherche, surtout en temps de découvertes zoologiques importantes. Reste la question sur le matériel à utiliser pour fabriquer de telles copies, surtout quand il s’agit d’êtres aussi fragiles que des méduses, des anémones de mer, des polypes et des radiolaires.

Nous sommes en 1863. Les matériaux les plus utilisés sont la cire, le papier mâché, le bois et la plâtre. Tous sont inadaptés. Léopold Blaschka choisit alors un matériel compliqué, fragile, cassant et très difficile à travailler : le verre. C’est le début d’un grand succès.

Entre 1863 et 1890 des milliers de modèles en verre d’invertébrés marins sont fabriqués dans les ateliers à Dresde et envoyés dans les musées, universités et autres institutions scientifiques à travers le monde. Les modèles des Blaschka épatent les scientifiques jusqu’à nos jours par leur morphologie sans faute qui tient compte de l’observation scientifique jusque dans les plus fins détails. Les Blaschka père et fils ont une compréhension approfondie de la biologie, ce qui se traduit par une technique unique et inimitable au niveau des modèles de verre – la fusion parfaite entre art et science. La production des modèles zoologiques finit d’une façon abrupte en 1890. Après d’âpres négociations les Blaschka signent un contrat d’exclusivité avec le musée botanique de l’université de Harvard. Ils s’engagent à ne plus fabriquer que des modèles botaniques. Ils en font plus de 3000, la collection jouit d’une grande réputation.

En Allemagne le phénomène Blaschka tombe dans l’oubli. Pendant la guerre la plupart des modèles sont détruites. Il n’y a pas d’apprentis, pas de successeurs. Plus personne ne sait comment ils ont fait. Léopold et Rudolf Blaschka ont emporté le secret de leur trésor dans leur tombe.

Les photographes

Heidi et Hans-Jürgen Koch mettent l’accent de leur travail photographique sur la thématique de l’animal allant du reportage sur la vie sauvage à des thèmes scientifiques et la mode en passant par la macrophotographie. Leur place de travail est le studio tout comme la nature. Leurs photos et leurs reportages sont publiés dans des magazines mondialement renommés. Parmi leurs clients figurent Stern, GEO, Le Figaro Magazine, National Geographic, Mare, Paris Match, Sunday Times. La diversité de leur œuvre photographique se reflète aussi dans les différents prix et récompenses : ADC Deutschland, ADC Europa, World Press Photo, Lead Award, BBC Wildlife Photographer of the Year, Hansel-Mieth Preis, Fuji Euro Award, etc. A plusieurs reprises leurs travaux ont été présentés au Visa pour L’image Festival à Perpignan. En 2004 Heidi et Hans-Jürgen Koch ont été nommés à la Société allemande de photographie.

Copyright photo: Einfacher Röhrenpolyp“ – Heidi und Hans-Jürgen Koch (www.animal-affairs.com)

Archives |