Coq et poule (07.04.00- 18.06.00)

Après les rats en 1997, les chauves-souris en 1998, c’est au tour des poules d’être les garants d’une vie muséale bien plus agitée que d’habitude.

Déjà en entrant dans le musée vous êtes salué par le caquet des poules et le piaillement du coq. Retrouvez-vous entre des poules vivantes, assistez à la naissance des petits poussins et participez activement à la vie de notre poulailler. L’exposition du Musée Zoologique de l’Université de Zürich vous fait redécouvrir ces oiseaux domestiques de très près.

La domestication et les rôles du coq et de la poule dans la culture humaine sont d’autres thèmes de cette exposition. C’est également un voyage du monde au cours duquel vous aurez un aperçu de l’étonnante diversité des races qui va des plus anciennes poules domestiquées trouvées auprès de la culture Harappa dans la vallée de l’Indus aux plus récents croisements réussis en aviculture occidentale.

Le chant matinal du coq symbolise dans presque toutes les cultures la victoire de la lumière sur l’obscurité. En effet, le coq est souvent considéré comme protecteur des forces du bien contre celles du mal. Le coq et la poule occupent tous les deux un rôle important dans la symbolique, dans les croyances populaires et dans la superstition. Saviez-vous que la crotte des poules était réputée comme remède contre les maux d’estomac? Si vous l’ignorez, l’exposition est donc l’occasion parfaite pour apprendre davantage sur ces croyances et bien d’autres aussi.

Un des plus importants protagonistes de l’exposition est l’œuf, produit par excellence de l’élevage des poules. Le visiteur apprendra tout sur ce qu’il faut savoir lors de l’achat de ce produit alimentaire. A la même occasion, l’exposition vous rendra également attentif aux problèmes de l’élevage moderne.

La production d’oeufs et de poulets fait aujourd’hui partie des branches les plus importantes de la productionagroalimentaire mondiale. Comme l’élevage de volailles est pratiqué dans presque tous les pays du monde, il s’agit aussi de la production alimentaire la plus universelle: 11 milliards de poules réparties dans les pays pondent 700 milliards d’œufs par an.

Symbolisant la vie naissante et en raison de sa forme parfaite, l’œuf possède une grande force emblèmatique. Comme bijou ou comme simple décoration, l’œuf est retrouvé dans presque toutes les cultures. Les cent œufs les plus précieux furent créés dans les ateliers de l’orfèvre Pierre Carl Fabergé à St. Petesbourg pour la famille du dernier tsar de Russie.

Les visiteurs auront également l’occasion au cours de l’exposition d’être les juges du concours du plus bel œuf de Pâques organisé par le ‘natur musée’. Chaque visiteur pourra choisir son favori parmi les œufs que de nombreux gens ont réalisé avnt le début de l’exposition.

Les visiteurs sont également invités à participer à la vie quotidienne de notre poulailler. A l’occasion de l’exposition le service muséologique technique du Musée national d’histoire naturelle graphique a spécialement construit une maison pour les plusieurs dizaines de poussins dont le premier a d’ailleurs été baptisé au nom de Calimero. Si vous êtes en possession d’un ordinateur, vous aurez l’occasion d’observer la vie dans cette maison à l’aide de la webcam qui y a été installée. Les animaux sont évidemment élevés et contrôlés de façon à ce que la vie muséale ne leur nuise pas.

Les œufs dont les poussins viennent d’éclore et les poules, qui vivent dans le poulailler installé dans le jardin du musée, ont été mis à disposition par les éleveurs de l’Union des Sociétés Avicoles du Grand-Duché de Luxembourg. L’U.S.A.L. participe également à plusieurs activités du programme d’accompagnement qui comprend des visites guidées, des conférences et démonstrations, ainsi que des excursions.

A l’occasion de l’exposition, une édition spéciale du journal pour jeunes “Panewippchen” vient de paraître, dans lequel ces oiseaux sont présentés également à nos jeunes visiteurs.

Archives |